Pronostic à J-75 : Nicolas Sarkozy prépare sa guerre culturelle

Dans mon premier pronostic à J-100, je prédisais que l’affrontement entre François Hollande et Nicolas Sarkozy aurait bien lieu, malgré les nombreuses analyses annonçant un « 21-avril à l’envers » ou une percée de François Bayrou. Vingt-cinq jours plus tard, cette tendance s’est encore accentuée. De nouvelles questions émergent : quelle stratégie Sarkozy va-t-il employer pour tenter d’affaiblir Hollande et comment François Bayrou et Marine Le Pen vont-ils se positionner pour contester sa deuxième place dans les sondages ?

François Hollande a brillamment géré son entrée dans la dernière phase de sa campagne, symbolisé par le succès incontesté du meeting du Bourget et l’annonce réussie de son programme. Il a trouvé le ton juste pour présenter son caractère et décliner ses engagements devant les Français. Il rassemble, mais une question demeure : la faiblesse du report de voix à gauche. Les enquêtes d’opinion le créditent d’environ 30% au premier tour, mais Eva Joly reste très basse et la somme de Jean-Luc Mélenchon et des autres candidats d’extrême-gauche ne dépasse pas les résultats de Laguiller-Besancenot-Buffet en 2007. Grosso modo, la gauche oscille actuellement entre 40 et 45% d’intentions de vote au premier tour. L’avance actuelle de Hollande sur Sarkozy dans les hypothèses de second tour s’explique donc par l’impopularité historique du président sortant et la capacité de Hollande à convaincre au-delà de son électorat naturel.

Néanmoins, si les électeurs n’ont plus de doutes depuis longtemps quant à sa volonté de se représenter, Nicolas Sarkozy n’a pas encore engagé toutes ses forces dans une bataille qui s’annonce brutale et totale. La stratégie de « guerre culturelle », pour reprendre l’analyse éclairante de Frédéric Martel, a déjà débuté avec les propos tenus par Claude Guéant sur l’inégalité des civilisations devant les étudiants de l’UNI. Il fallait s’indigner, pour montrer qu’une nouvelle étape avait été franchie dans le discours de la droite, mais il faut veiller à ne pas entretenir ses polémiques, qui sont autant de diversions qui détournent le débat des priorités économiques et sociales et du bilan de Nicolas Sarkozy. Dans cette campagne, Sarkozy n’aura aucune limite : il lui faudra stigmatiser ses adversaires et manipuler leurs arguments, y compris jusqu’au mensonge éhonté comme lorsque l’UMP a prêté à Hollande un programme caché regroupant les propositions des autres candidats de la primaire et des autres partis de gauche. Affaibli par son bilan, Sarkozy n’a pas d’autre alternative que de s’appuyer sur ses fondamentaux : l’insécurité et l’immigration. En guise de réponse, la gauche doit impérativement rester sur ses propres fondamentaux : égalité, justice sociale, éducation, emploi.

La stratégie de Nicolas Sarkozy n’est pas sans risque. Si Boutin, Morin, Villepin et Dupont-Aignan ne décollent pas, il reste encerclé par François Bayrou et Marine Le Pen. A chaque pas en direction d’un côté, il perd des voix de l’autre côté. Pourtant, la dernière séquence a profité à Sarkozy, notamment au détriment de Bayrou, qui a donné des signes de déséquilibre vers la droite. Ce dernier a probablement constaté qu’il ne rattraperait plus Hollande à gauche et que sa seule chance de participer au second tour était d’éliminer le président sortant. Mais il ne parvient toujours pas à surmonter les lacunes de son projet de large alliance gauche-droite autour de sa personne. Même s’il était élu, il serait immédiatement contraint à une cohabitation avec une majorité législative PS ou UMP. De l’autre côté, le bruit créé par la Droite Populaire et le ministre de l’Intérieur et sa quête – apparemment difficile – des 500 parrainages rendent Marine Le Pen moins audible sur ses propositions.

Le lancement de la campagne officielle de Nicolas Sarkozy devrait nuire encore davantage aux candidats du Modem et du FN, et renforcer la confrontation directe avec François Hollande. Ainsi, mes pronostics ajustés à J-75 font monter Hollande et Sarkozy, alors que Marine Le Pen se stabilise et Bayrou recule :

Premier tour (22 avril) :

  • François Hollande : 30% (+2)
  • Nicolas Sarkozy : 25% (+1)
  • Marine Le Pen : 18%
  • François Bayrou : 13% (-2)
  • Jean-Luc Mélenchon : 7% (+1)
  • Eva Joly : 2% (-1)
  • Dominique de Villepin : 2% (-1)
  • Autres : 3%

Second tour (6 mai) :

  • François Hollande : 54%
  • Nicolas Sarkozy : 46%
valentinPronostic à J-75 : Nicolas Sarkozy prépare sa guerre culturelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *